Accueil J'AI MOURU Spectacle (20 min) -2016 -Mise en scène, scénographie, interprétation, texte-
Sauver sa peau
Se fondre dans sa proie
Étudier les techniques de camouflage
Bouger arbre
Dégommer une volaille
Se perfectionner dans l’art du grognement bestial Conception: Zoé Pautet
Interprétation: Théo Hillion, Zoé Pautet -Extrait- La luminosité a déjà un peu baissée. Il fait frais. Un peu de vent. Un moustique. On entend un léger bruissement. Il a plu. Le sol est humide et ça sent les feuilles mortes en décomposition. Quelques champignons ont fait surface, une amanite, un cèpe. Les troncs sont couverts de lierre et un gland se détache et tombe dans la mousse avec un petit bruit. Les feuilles d'arbre bougent. C'est l'heure où les animaux sortent, où les poissons bondissent hors de l'eau. C'est l'heure du vol de pigeon. En groupe ils volent en V et se laissent porter par le vent. Les pigeons d'argile eux volent en ligne. Au stand de tir, les nuages de terre ont remplacés les nuages de plumes. Qu'est ce que ça fait de dégommer une volaille en toc?
Qu'est ce que ça lui fait à la volaille de se faire dégommer? Refroidir la poularde déjà froide. Mouvement immobile. Bouge sans vie. Disque d'argile projeté par un bras mécanique.
Le pigeon de plume, lui, à compris que pour rester vivant il faut faire le mort. Laisser les choses mortes jouer à la vie à sa place. Grotesque pigeon d'argile, idiot pigeon d'argile qui se fracasse la gueule dans les buissons. Une petite chose qui prend son envol, fend le ciel, nous fait croire à sa vivacité , puis se faite descendre. Mort spectaculaire. Des petits bouts éparpillés au loin. Et la ridicule posture de celui qui calanche par jeu, du pigeon d'argile et sa bête mort de chose déjà morte.