Une bosse sous le gazon

2014


sérigraphie sur bois, herbe, terre

Je suis jardinier.
Je creuse des trous.
J’aime creuser des trous dans la terre. Pas la terre friable, pas la terre molle, pas la terre douce. J’aime creuser dans la terre aride, la terre dure, la terre qui résiste, qui se défend, la terre qui agresse. Avant je creusais des trous vides. Des trous d’air. Un jour j’ai du enterrer mon chien. Le trou était plein. J’ai trouvé ça in- téressant. Plus intéressant que les trous sans chien. Et puis mon grand-père est mort. On l’a mis dans un trou. J’ai trouvé ça intéressant. Plus intéressant que les trous avec chien. C’est parce que j’aimais plus mon grand-père que mon chien. Ce jour là j’ai compris que les trous pre- naient la valeur de ce qui y était enterré. Depuis j’ai pris l’habitude de mettre des gens dans mes trous.
Parfois je vois quelqu’un qui me plait et je lui confectionne un trou. Ou bien je creuse d’abord puis je cherche la personne qui conviendra. C’est souvent une longue recherche. Il faut être patient quand on est jardinier. J’ai pensé à faire un élevage pour y piocher les gens dont j’avais besoin mais je préfère l’intensité de la rencontre. Je jardine avec passion. Certains trous je les creuse trop petits parce que j’aime voir comme les corps se plient pour rentrer dans la cavité. C’est beau un corps libéré de ses tensions. J’ai réalisé une cartographie. Je sais exactement où se trouve chaque trou, qui j’y ai mis, dans quelle orientation, dans quelle position, à quelle profondeur. J’étudie tout très soigneusement, en fonction de chaque personne, en fonc- tion de l’inclinaison du sol, des étoiles qui brillent au dessus la nuit, du sens du vent, des odeurs tout autour.
Je ne jardine que des gens que j’aime, que j’aime même si je ne les connais pas.
Je suis jardinier.
Je jardine avec amour.


texte Zoé Pautet